Logo du Bioparc

Argentine - Condor des Andes


CONSERVATION DU CONDOR DES ANDES EN ARGENTINE

Le plus grand rapace au monde a toujours fasciné les peuples sud-américains : depuis le Venezuela jusqu’à la Terre de Feu, l’imaginaire des habitants de la cordillère des Andes est profondément marqué par le vol majestueux de ce symbole de liberté.

Ses effectifs ont aujourd’hui fortement diminué à cause de l’homme : chasse illégale, empoisonnement par méconnaissance et dégradation des habitats. Son aire de répartition, plus ou moins morcelée, s’étend le long de la cordillère des Andes jusqu’à la Patagonie et depuis peu, le condor est de retour sur la côte Atlantique d’Argentine.

Espèce du Bioparc liée au projet :
Condor des Andes – Vultur gryphus
Statut IUCN : Quasi menacé
REPARTITION : Cordillère des Andes et côte Atlantique d’Argentine
Estimation : moins de 10 000 individus sauvages

ACTEUR : Association argentine Bioandina

Le Projet de Conservation du Condor des Andes (PCCA), créé en 1991 par l’association BioAndina en Argentine, renforce les populations sauvages de condors, grâce à la réintroduction d’oiseaux nés en captivité ou recueillis, réalisée en collaboration avec les communautés locales. L’association est basée au Zoo de Buenos Aires, principal collaborateur du programme.

Présentation du projet



Reproduction favorisée pour obtenir des candidats au relâcher :

Confiés par des zoos, des œufs de condors sont placés en incubateur au Zoo de Buenos-Aires. Les oisillons sont élevés à la main avec des marionnettes à l’effigie des parents afin de minimiser le contact humain et d’obtenir des candidats aux relâchés dès l’âge de 6 mois.


Sauvetage des condors bléssés :

Les condors victimes du braconnage ou détenus illégalement sont accueillis dans un refuge. Soignés, ils sont placés dans des volières pour réapprendre à voler, avant d’être relâchés.


Réintroduction avec le soutien des communautés locales :

BioAndina réintroduit les condors dans différentes provinces d’Argentine en impiquant les communautés indiennes. Chaque relâché s’accompagne d’un cortège cérémonial pour rendre à l’oiseau toute sa symbolique ancestrale : un guide spirituel célèbre le retour de l’âme du condor à la vie sauvage et prie pour une cohabitation harmonieuse entre toutes les formes de vie.


Suivi des oiseaux par satellite :

BioAndina reçoit des milliers de données sur la localisation des condors équipés d’émetteurs. En découlent des informations précieuses sur les préférences des oiseaux et l’usage qu’ils font de leur habitat, permettant d’améliorer les choix d’actions.

Résultats

• Projet « Retour du condor vers l’Océan : 

Depuis 2003, Bioandina s’intéresse particulièrement à la région du Rio Negro pour libérer l’espèce sur la Côte Atlantique, d’où elle avait disparu depuis 150 ans. Ce retour vers l’océan s’effectue depuis la montagne de « Paileman », condor en paix en dialecte indien local.

En 2009, naît le premier condor in situ sur la côte Atlantique, issu de parents nés en captivité et réintroduits sur le site de Paileman. Depuis, ce sont deux des couples issus des relâchés qui ont déjà élevé quatre oiseaux, dont deux ont pu être équipés de transmetteurs à énergie solaire.


• Réintrodution : 150 oiseaux relâchés 

Bioandina a fêté le centième envol en avril 2011, avec le condor baptisé « Wayra » signifiant « vent » en langue Quechua. En avril 2015, le condor nommé Yanquetruz est le 150ème !

Rôle du Bioparc



Le BIOPARC est l’un des partenaires principaux de Bioandina. Il soutient l’association via le Fonds de Dotation BIOPARC Conservation depuis 2007.

Non seulement financier, ce soutien a permis de mettre en réseau différents porteurs de programmes de conservation pour développer dans d’autres régions sud-américaines des actions en faveur du condor. C'est le cas au Pérou, où le Bioparc soutient, via l'association Tu Tierra, la protection d'aires naturelles abritant des condors.