Logo du Bioparc

Espagne - Ibis chauve


REINTRODUCTION DE L'IBIS CHAUVE EN ESPAGNE

Dans la nature, les ibis chauves ne se comptent plus que par quelques centaines d’individus : 300 couples au Maroc, moins d’une dizaine en Syrie, et une centaine d’oiseaux formant une population semi-captive en Turquie.  Autrefois présente tout autour de la Méditerranée, l’espèce a subi un lourd déclin dû à la chasse et à la pression anthropique. Elle se classe désormais au rang des espèces en Danger Critique d’Extinction de la Liste Rouge mondiale.

En parc zoologique, l’ibis chauve est mieux représenté et se reproduit bien. C’est le cas dans la volière européenne du Bioparc, où une vingtaine d’oisillons naît par saison. Gérés par un programme d’élevage européen, les individus nés en captivité représentent un outil primordial pour soutenir l’existence de l’espèce dans la nature. Ainsi, grâce à ces naissances, une équipe espagnole s’intéresse à la création d’une nouvelle colonie au sud de l’Espagne.

Espèce : Ibis chauve - Geronticus eremita
Statut IUCN : En Danger Critique d'Extinction
Répartition : Turquie, Syrie, Maros, réintroduit en Espagne
Estimation : moins d’un millier

Acteur : Zoo Botanique de Jerez (Espagne) avec l’appui du comité environnement de la Région Andalousie (Junta de Andalucia – consejería de Medio Ambiente).

Initié en mars 2003 par le Zoo Botanique de Jerez, le projet nommé « Eremita » consiste à créer, à partir d’individus captifs, une colonie sauvage stable et sédentaire d’ibis chauves au sud de l’Espagne.

Présentation du projet

Lieu de réintroduction : Comté de la Janda, province de Cadix, Espagne

Choix essentiel, le lieu de réintroduction doit permettre la meilleure adaptation aux oiseaux. Plutôt terrestre, l’ibis chauve vit naturellement dans les steppes et les plaines arides ou semi-arides, ainsi que dans les cultures et les pâtures d'altitude. Il niche dans les falaises en bordure de mer et sur les rebords des falaises à l'intérieur des terres le plus souvent près d’un cours d’eau.

Une vaste plaine pastorale non cultivée, proche de la mer, a été choisie dans la Sierra de El Retin en Andalousie (comté de La Janda, province de Cadix). Fait particulier, elle abrite un élevage de taureaux, limitant l’accès au site, et apportant aide aux ibis : les insectes, nourriture des oiseaux, se développent dans les excréments des bovidés.


• Elevage assisté des oiseaux

D’abord, le zoo s’est spécialisé dans l’élevage assisté : développement des œufs sous incubateur et élevage des oisillons par des soigneurs en tenue de camouflage (vêtements sombres et casque en forme d’ibis !) pour réduire les risques d’imprégnation.

Les œufs proviennent du propre élevage de Jerez.
D'autres parcs zoologiques, comme le Bioparc, fournissent directement des jeunes gérés dans le cadre du Programme d’Elevage Européen (EEP) de l’espèce.

• Relâchés des oiseaux

Ensuite, les oiseaux sont placés en volière sur le site de réintroduction pour favoriser l’acclimatation. S’en suit la véritable action d’introduction par l’ouverture des portes…

Les relâchés s’effectuent après la période de migration des oiseaux afin d’éviter que ceux-ci ne partent vers de nouvelles aires.

Pour suivre les oiseaux introduits et évaluer la réussite du projet, les ibis sont bagués et la plupart équipés d’un radio transmetteur.


• Sensibilisation

L’équipe du Zoo de Jerez accompagne ses actions par de l’information et des messages de sensibilisation sur l’espèce. A chaque départ d’oiseaux vers le site de réintroduction, les scolaires locaux,  entraînés par la mascotte Peruki, se griment en ibis pour souhaiter aux oiseaux un bon vol !