Logo du Bioparc

France - Vautour percnoptère


CONSERVATION DES POPULATIONS DE VAUTOURS PERCNOPTERES EN FRANCE

Le vautour percnoptère, Neophron percnopterus, est une espèce menacée sur l’ensemble de son aire de répartition et plus encore sur son territoire en Europe. Le déclin très rapide de ce migrateur transsaharien le classe depuis 2007 parmi les espèces en Danger d’Extinction de la Liste Rouge de l’IUCN. Les raisons, communes à la régression d’autres rapaces charognards, comme le vautour fauve et le vautour moine, sont multiples : la modification des habitats et des pratiques pastorales entraîne une baisse de la disponibilité de carcasses d’animaux domestiques. En effet, le recul des élevages extensifs et la législation sanitaire sur l’équarrissage des animaux morts font disparaître sa source de nourriture. S’ajoutent les traitements chimiques appliqués aux troupeaux ou utilisés contre des animaux dits « nuisibles » qui peuvent occasionner l’empoisonnement des oiseaux et les collisions parfois mortelles avec des infrastructures électriques ou éoliennes. 

La population de Vautour percnoptère a connu une forte régression au cours du XXème siècle, passant d’environ 175 couples en 1935 à moins de 40 en 1995. Depuis le début des années 2000 une lente progression des effectifs a débuté pour atteindre 92 couples en 2011. Sa présence sur le territoire reste timide et est morcelée entre les Pyrénées Atlantiques  qui abritent 45 % des 92 couples territoriaux répertoriés et la région méditerranéenne, de l’Hérault aux Alpes de Haute-Provence.

Contrairement aux vautours fauves et moines, aucune réintroduction du percnoptère n’a eu lieu et les efforts de conservation de sa population se concentrent sur la mise à disposition d’alimentation pour fixer l’espèce. La mise en œuvre de ces efforts a débuté dans le cadre d’un Programme LIFE (L’Instrument Financier pour l’Environnement, financé par l’Europe) de 2003 à 2008. Son objectif : restaurer les populations de vautours percnoptères du sud-est de la France grâce à une implication de tous les acteurs locaux (coordination par la Ligue pour la Protection des Oiseaux). Les actions réalisées durant ce programme, dont la création de 42 placettes d’alimentation, ont incontestablement profité au retour progressif mais encore très fragile de l’espèce.

Présentation du projet

Acteur : Association CEN-PACA (Conservatoire d'Espaces Naturels de Provence Alpes Côte-d’Azur)

Le CEN-PACA a pour mission la préservation du patrimoine naturel de la région de Provence Alpes Côte-d’Azur en apportant une expertise scientifique et technique, en assurant la protection et la gestion d'espaces naturels et d’espèces, et en informant et sensibilisant le public.

Pour renforcer la présence du vautour percnoptère dans la région, il a activement participé au programme LIFE et poursuit le suivi et la préservation de l’espèce par différents moyens :
• La gestion et le suivi de plusieurs placettes d’alimentation (7 sur les 42 de l’ensemble de la France)
• La gestion et la surveillance d'une partie des habitats et des sites de nidification
• Le suivi des individus par marquage, observation directe ou par appareils photos à déclenchement automatique
• Le suivi de la saison de reproduction de plusieurs couples
• La participation à l’élaboration d’un plan national d’actions pour l’espèce et la coordination de ce plan pour la population du sud-est de la France.
• L’organisation de manifestations d’information et de sensibilisation.

Résultats

La placette d’alimentation de Saumane-de-Vaucluse

Le CEN-PACA a créé en 2004 une nouvelle placette d’alimentation sur la commune de Saumane-de-Vaucluse, dans les Monts de Vaucluse. L’espèce n’y a plus été vue nicher depuis le milieu des années 1990. L’objectif de cette aire de nourrissage est de favoriser le retour d’un couple nicheur, en collaboration avec la commune de Saumane-de-Vaucluse, propriétaire du site, et l'Office National des Forêts, co-gestionnaire de la forêt communale.

L’association assure la complète gestion de la placette : entretien, apport de nourriture grâce à son réseau de bénévoles, suivi direct ou par photographie automatisée de sa fréquentation et utilisation par les oiseaux nécrophages.

La placette, bénéficiant d'une autorisation préfectorale, est alimentée grâce aux établissements bouchers Bigard du Pontet, qui mettent à disposition des déchets de découpe, en accord avec les exigences sanitaires de la Direction des Services Vétérinaires.
Les derniers résultats « saison 2014 »
• Alimentation de la placette
Les apports en viande ont débuté mi-mars 2014. Vingt apports ont été effectués sur la période de reproduction, sur un rythme quasi-hebdomadaire, pour un total de 405 kilos de viande en 6 mois. 

• Observation des espèces
2945 clichés des espèces se nourrissant sur la placette ont été obtenus grâce au dispositif à déclenchement automatique, avec identification des 5 espèces désormais habituelles : le milan noir, la buse variable, le grand corbeau, le vautour fauve et le vautour percnoptère.
• Fréquentation du vautour percnoptère

Entre le 29 mars et le 22 août 2014, 357 clichés de vautours percnoptères ont été obtenus.
Ce nombre est stable par rapport à 2012 et globalement en augmentation depuis le début du suivi photographique en 2009.