Logo du Bioparc

Rép. Dém. Congo - Okapi


CONSERVATION DE L'OKAPI

Découvert en 1901, l'okapi est l'un des derniers grands mammifères révélés au monde. Caché dans les forêts profondes d’Afrique Centrale, il n’était connu que des peuples Pygmées. Aujourd’hui en danger d’extinction, l’okapi ne subsisterait plus que dans quelques forêts tropicales de la République Démocratique du Congo, qui a choisi l’animal pour emblème national.

Au nord-est du pays congolais, la forêt de l’Ituri est le principal refuge de l’espèce. Elle y recherche une végétation très dense lui assurant camouflage et variété de plantes à consommer.

Les patrimoines naturel et culturel de la forêt subissent de nombreuses menaces : fragmentation des habitats, extraction de minerai et de pierres précieuses, conflits ethniques et politiques, braconnage pour l’ivoire et chasse pour la viande de brousse. En victime directe, l’okapi voit sa population réduire rapidement.

Espèce : Okapi - Okapia johnstoni
Statut IUCN : En Danger
Répartition : République Démocratique du Congo
Estimation : moins de 10 000

Présentation du Projet

ACTEUR : OKAPI CONSERVATION PROJECT

Né d’une coopération entre l’état congolais et un centre de conservation américain, ce projet s’intéresse aux richesses biologiques et culturelles de la forêt d’Ituri. Il a permis la création d’une réserve de faune de 14 000 km², classés Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’Unesco. L’équipe protège les 3000 okapis recensés et accompagne les communautés locales pour une gestion durable de leurs ressources.

www.okapiconservation.org

Facebook OCP



110 rangers s’engagent au quotidien pour sécuriser la forêt
Dans un contexte dangereux de conflits, les gardes patrouillent dans la forêt : repérage des campements clandestins de chasse et d’exploitation minière, destruction des pièges et arrestation des braconniers.

L’agroforesterie au service des hommes et de la forêt
Pour lutter contre la culture sur brûlis qui dévaste la forêt, l’OCP fournit aux paysans des arbres à planter au sein des cultures. Fixatrices d’azote, ces essences enrichissent les sols et optimisent les rendements des champs. Les brûlis sont ainsi ralentis et les arbres fournissent fourrage au bétail et bois aux habitants.

L’OCP accompagne les habitants de la réserve
Convaincu que la forêt ne peut être protégée sans prendre en compte les réalités quotidiennes de ses habitants, l’OCP aide concrètement les villageois : construction d’écoles et de dispensaires, matériels scolaires et médicaments, accès à l’eau, formation à l’artisanat et diversification agricole.

Rôle du Bioparc

Le Bioparc soutient OCP depuis 2014, année d'arrivée des okapis au parc, en versant 5000 $ par an.